votre pub ici

Accusé par certains députés, Damaro se défend: «Je ne suis pas signataire des contrats»

0
Depuis quelques jours, Amadou Damaro Camara, président de l’Assemblée nationale est au centre d’une polémique d’attribution de marchés de gré à gré en faveur de ses proches.
 Le principal accusé est sorti du bois ce mardi, 06 juillet 2021 pour donner sa version des faits sur ce sujet qui a fait les choux gras de la presse.
 A l’entame de sa communication, Amadou Damaro Camara a déclaré qu’il n’était pas «mêlé» dans cette affaire qui a défrayé la chronique.
«On a dit que le directeur des ressources humaines serait un Konianké, serait mon beau frère ou mon beau fils. C’est un ancien travailleur qui a passé douze ans à Rio Tinto et quatre ans à GAC. Et à  la recherche du personnel qualifié, il m’a  été recommandé. Je l’ai interviewé, je l’ai envoyé au secrétaire général. Et ça motive par son engagement pour un contrat de 2 ans pourqu’il forme et assainit le fichier. En ce qui concerne la passation des marchés, par mon expérience, je ne suis pas nettement mêlé. Je ne suis même pas signataire des contrats. La questure va vous dire comment elle procède», s’est défendu Damaro Camara.
Poursuivant, l’actuel président de l’Assemblée nationale reconnaît tout de même qu’il est l’ordonnateur des marchés. Mais, il précise que la passation des marchés se fait sur le base du mérite contrairement à ce qu’on lui reproche.
«C’est vrai que je suis l’ordonnateur des marchés mais la procédure ne favorise personne et n’exclut personne…On a notre principe ici. Si l’entreprise est la meilleure on la prend, si sa femme est la deuxième meilleure, on prend sa femme. Si son fils est le troisième meilleur, on prend son fils pour que le travail soit bien fait par des professionnels», a ajouté le président de l’Assemblée nationale.
Laye
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite