votre pub ici

Arnaque autour des passeports: Des citoyens paient le prix de 10 ans et se voient obligés de prendre pour 5 ans

0
Ça sent mauvais au ministère de la sécurité et de la protection civile surtout au niveau de la direction centrale de la police aux frontières ( DCPAF). 
Plusieurs demandeurs de passeports sont victimes d’arnaque à ciel ouvert.
En ce moment, les passeports dont la validité est de dix (10) ans ne sont pas délivrés. Mais, les demandeurs continuent à payer le prix fixé à 1 million de francs guinéens et se voient obligés de récupérer les passeports de 5 ans.
Une fois le montant payé à la banque, un reçu est délivré au demandeur qui pourra entamer les démarches afin d’obtenir son passeport.
Mais sauf que ceux qui ont postulé pour les passeports de 10 ans dont le prix est fixé à 1 million GNF, n’arrivent pas à les obtenir après avoir payé l’argent.
 A leur grande surprise, des agents leur disent d’accepter récupérer pour les 5 ans sans que la moitié de l’argent ( 500.000 GNF) ne leur soit remboursée.
 Un fait qui suscité une colère bleue chez une victime qui attendait le précieux sésame pour se rendre en Égypte.
Sous couvert d’anonymat, mademoiselle X raconte la scène qu’elle a vécue.
« Je suis passée à la banque début juin pour payer l’argent ( 1 million GNF) du passeport pour les dix ans. Ensuite, j’ai fait l’enrôlement au ministère de la sécurité où un reçu m’a été délivré pour le rendez-vous qui était fixé au 28 juin.
Puisque j’avais voyagé pour Abidjan et Bamako, je n’ai pas pu respecter le rendez-vous mais je me disais que c’est déjà fait. A ma grande surprise ce matin ( lundi, 12 juillet 2021),  ils ont regardé mon reçu pour me dire qu’il n’y a pas de passeport pour dix ans. Je leur ai dit pourquoi ? Ils m’ont dit que si je veux voyager, la solution est de prendre le passeport de cinq ans. Ce qui m’a le plus choqué c’est le fait de me dire qu’ils ne vont pas restituer les 500.000 francs guinéens qui constituent la moitié du montant payé. C’est grave ce qui se passe ici et je ne suis pas la seule victime», a laissé entendre notre informatrice.
Accroché au bout des lèvres de notre interlocutrice qui s’est rendue dans le bureau d’un responsable pour lui demander des explications, l’agent précise qu’il y a rupture des passeports de dix ans. Selon lui, il revenait au ministère de saisir la banque pour qu’elle informe les citoyens de la non disponibilité des passeports de dix ans.
«On ne produit pas de passeport pour dix ans. Il y a rupture. Dans un premier temps beaucoup avaient obtenu mais à l’heure là ce n’est pas possible. Le remboursement de la moitié de l’argent n’est pas possible à notre niveau puisque le paiement se fait à la banque. Normalement, le ministère devait informer la banque », a laconiquement répondu l’agent.
 A la question de savoir, pourquoi les demandeurs continuent à payer le prix du passeport de dix ans et se retrouver avec celui de 5 ans, l’agent est revenu sur les raisons.
«Ce que je sais, la commande se fait en Malaisie. Et il se trouve qu’il y’a rupture. Ceux qui sont dans cette situation et ont urgemment besoin de voyager, doivent accepter les passeports de 5 ans. C’est la solution», a sèchement déclaré ce responsable.
Également victime de cette arnaque, monsieur Y soutient avoir payé plusieurs billets de banque à un responsable.

«J’étais parti pour renouveler le passeport de ma femme. Il y avait des erreurs au niveau de la filiation, il ( responsable) m’a dit qu’il peut corriger ça sur le nouveau. Il a demandé 350.000 francs et j’ai payé. En ce qui concerne le passeport de dix ans, je lui ai remis le montant (1 million). Finalement je me suis retrouvé avec celui de 5 ans et il m’a fait marcher pendant des jours avant de l’avoir. C’est grave ce qui se passe au ministère de la sécurité», s’insurge notre source.
Affaire à suivre !
Siba Engagé
623 06 56 23
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite