votre pub ici

Axe Kindia-Mamou : des corps et des malades attendent des heures sur la route

0

L’avancée considérable des travaux en cours sur la route nationale Numéro 1 Coyah-Mamou-Dabola longue de 370 Km, réjouit tous les usagers. D’ailleurs  les 130 Km déjà terminés facilitent le trafic et amoindrissent les tracas quotidiens de la population. Mais à côté de cette bonne nouvelle, les longues files d’attentes dues à l’absence de déviation est à déplorer.  Des malades et des dépouilles sont également dans les rangs.

C’est en octobre 2020 que le professeur Alpha condé a procédé au lancement des travaux de bitumage de base qui a eu lieu dans la sous-préfecture  de Linsan à (Kindia). Ce chantier est évalué à 357 millions d’euros hors-taxe, dont 85% mobilisés par la Chine qui assure l’exécution. Il emploie plus de 1900 travailleurs composés essentiellement de  guinéens en majorité et chinois. Ceux-ci sont répartis sur les trois axes du chantier Coyah-Kindia, Kindia-Mamou, et Mamou-Dabola. Sur ce tracé qui va faciliter l’intégration régionale et sous-régionale, vont figurer aussi une quarantaine de ponts construits. Mais en attendant sa finition et sa remise à la Guinée, la voie Coyah-Mamou-Dabola dans sa phase actuelle semble créer des soucis.

Apparemment, les déviations pour faciliter la circulation n’ont pas été prévues. Chose que regrettent les usagers de la route. A Konkouré (Mamou) où un reporter d’Actupremiere s’est rendu, ce sont des heures d’attente, comme le témoigne Elhadj Sidy Diallo, taxieur de profession : « voici maintenant trois heures de temps que nous attendons ici. La route est bloquée dans tous les deux sens. Si les travaux publics (le département NDLR) faisaient bien leur travail, ils devraient exiger à l’entreprise de construction de la route de faire une déviation pour les usagers. Il y’a des milliers de véhicules, ceux qui quittent Mamou pour Kindia ou ceux qui quittent Kindia pour Mamou, tout le monde est bloqué. Je parle bien de milliers de véhicules sans exagération. Ils sont en train de mettre du goudron et empêchent les gens de monter dessus ; c’est bien normal parce que c’est nouveau. Mais la meilleure chose était de faire une déviation pour les usagers pour ne pas que la circulation soit bloquée comme celle qu’on voit maintenant ».

C’est toute personne rencontrée qui se plaint de ce arrêt momentané de la circulation. Surement si les corps dans les cercueils visibles sur cette voie pouvaient aussi parler, ils s’en plaindront et surtout déplorerons leur bronzage sous le chaud soleil. Des personnes malades y risquent également leur vie. « Regardez, à part nos marchandises, les enfants, les personnes âgées, les malades et même des corps sont bloqués dans les deux sens, personne ne bouge pendant des heures. Ce n’est du tout pas logique. La déviation, l’entreprise devrait y penser mais si les autorités elles-mêmes n’en font pas une priorité, ce n’est pas les étrangers qui le feront. Elles devraient l’exiger et c’est ce qui est bénéfique pour tout le monde. Mais maintenant regardez comment on souffre. C’est terrible surtout pour les malades et les corps transportés dans des véhicules », a martelé Elise loua. Cette commerçante de bananes plantains qui dit revenir de N’Zérékoré craint aussi pour sa marchandise qu’elle doit faire écouler à  Conakry.

Même si les revendeurs ambulants trouvent du bonheur dans cette épuisante épreuve que subissent ces voyageurs, il est impératif que le ministère des travaux publics prenne en compte la recommandation des citoyens afin de faciliter la libre circulation des personnes et de leurs biens.

 

THERESA MARIA SEGBAYA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite