votre pub ici

CNSS : QUAND ON NE SE GENE DE MENTIR DANS CE PAYS (tribune)

0

Quand le Directeur Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale Bakary Sylla se glorifie d’avoir recouvré 140 milliard Gnf :
De façon basique on est unanime que le bénéfice c’est le produit moins les charges mais si on se félicite du produit en refusant de faire face aux charges comment pourrait-on apporter une appréciation fondée sur la gestion ? En terme claire, la mission de la CNSS c’est de recouvrer les cotisations sociales et payer les prestations sociales aux ayants droit.

Depuis l’arrivée de Bakary Sylla, le recouvrement continue de s’opérer, malheureusement il s’obstine de faire face aux charges entre autres, le payement des allocations familiales, des indemnités journalières, des remboursements des frais médicaux, de la continuité du paiement des charges liées à la construction des agences préfectorales un peu partout à travers le pays pour ne citer que ceux là.
Que le DG paye les charges sociales et fixe convenablement, on verra bien ce qui en résultera.

QUAND ON NE SE GENE DE MENTIR DANS CE PAYS:

Bakary dit avoir trouvé six (06) millions de francs guinéens dans les comptes de la caisse nationale. De qui se moque t-il ? Un Directeur mythomane qui est par ailleurs un grand magicien car avec six (06) millions de GNF en décembre 2021, il a réussi à payer le 13 eme mois au personnel en plus du salaire du mois de décembre sans oublier les indemnités du personnel ayant fait valoir leurs droits à la retraite. Où sont donc passés les 26 milliards que son prédécesseur a laissé dans les comptes de l’institution ?

DE L’EMBAUCHE AU SALAIRE :
il faut signaler que l’ex DG Malick Sankhon embauchait et accordait des promotions aux cadres sur la base du mérite et de la formation de base sur les notions de sécurité sociale car c’est un métier à part entière. Exemple : Nantou Chérif qui à l’époque était puissante dans l’appareil étatique, recommandait son jeune frère de lait avant d’etre engagé à la CNSS par Malick, il a suivi les cours et toutes les étapes d’un stage de 2 mois avant d’etre évaluer et recruter puis nommé directeur d’un département moins technique (malgré qu’il soit venu d’Europe). L’actuel Directeur adjoint des services juridiques et du contentieux est également un exemple parmi tant d’autres à la CNSS.

Malheureusement aujourd’hui, le plan de carrierre n’existe plus à la caisse grace à Bakary, il parachute des détritus de l’hexagone sans formation de base en sécurité sociale au poste de Directeur de département ou à des postes de Chefs de service souvent technique avec des salaires colossaux , postes qui devraient etre assurés par des cadres sorties des grandes écoles de sécurité sociale venues de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, d’Italie et ou de la France, qui ne manquent pas à la caisse.
Exemple : la direction du controle de gestion actuelle (département technique) est gérée par une jeune dame qui n’a aucune notion de base en sécurité sociale et qui perçoit environ 25 millions comme salaire pendant que les cadres qui y sont depuis deux décennies voire plus ne perçoivent même pas 20 millions, sa secrétaire élevée au rang des directeurs avec affectation de véhicule de service, quelle injustice !!! Ces exemples n’en finissent point car tous ceux qui ont bénéficié de postes avec Bakary, personne n’a passé de stage technique, tous sont profanes en matière de sécurité sociale.
Bakary c’est de l’arrogance, du mépris parsemé du dédain pour la plupart des travailleurs qu’il a trouvé à la caisse.
Le climat social est délétère, personne ne fait confiance à son prochain. À ce jour, les travailleurs revendiquent le départ de Bakary à la tête de l’institution qui garantit la vie des travailleurs et celle de leurs familles contre les risques sociaux.

VIVE LE CNRD
VIVE LA TRANSITION
VIVE LE COLONEL MAMADY DOUMBOUYA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite