votre pub ici

Conflit autour de l’EPE de Kagbélen : Les fidèles chrétiens prient à ciel ouvert

0

Les fidèles chrétiens de l’Eglise Protestante Evangélique (EPE) de Kagbélen sont privés de leur maison de culte. En ce moment, la messe se tient dans un domicile privé avec tout l’inconfort que cela en résulte.
Tout est parti d’un litige en 2016 entre l’église et Silas Léno qui n’est plus en odeur de sainteté avec les fidèles de l’EPE Kagbélen dont il était le responsable au moment de l’acquisition des domaines litigieux.
Pour la petite histoire, c’est au temps de monsieur Silas Léno que l’Etat par l’entremise des autorités préfectorales de Dubréka avait cédé six (06) parcelles à l’EPE de Kagbélen. Entretemps, le mis en cause a quitté la Guinée pour l’Allemagne dans le cadre d’une formation pastorale après avoir bénéficié d’une bourse de formation en sa qualité de responsable de l’EPE Kagbélen.
Selon les informations qui nous ont été confiées, c’est au cours de son séjour en Allemagne que monsieur Léno a entamé des démarches pour s’approprier des domaines octroyés à l’EPE de Kagbélen.
« Ce domaine a été loti en 1995 sous le règne du préfet Mory Dioubaté. Après le lotissement, le préfet accompagné par les responsables de l’Habitat et de la commune, est venu pour identifier les équipements et les six parcelles ont été réservées comme lieux de culte pour l’église. Silas Léno en tant que pasteur de l’église, les six parcelles de l’église lui avaient été confiées. A l’époque personne ne doutait de sa moralité puisque c’est l’église qui a soutenu sa bourse. Il a donc bénéficié de ce titre pour essayer de changer les documents en son nom », a-t-il révélé.
Face à cette situation, une bataille judiciaire a opposé les deux parties au Tribunal de Première Instance de Dubréka où les fidèles ont été déboutés. Mais leur avocat maitre David Béavogui n’avait pas tardé à relever appel de la décision rendue. Aujourd’hui, le procès en appel tarde et les fidèles qui réclament la paternité des domaines sont privés de leur église.
Malgré cette décision, Daniel Honomou vice-président de l’EPE de Kagbélen jure que le domaine litigieux appartient à l’église. Selon lui, le litige est né de la volonté de Silas Léno à vouloir s’approprier des six parcelles pour chercher à créer une nouvelle confession religieuse avec ses partenaires. Dans sa démarche, il (Silas NDRL) a abusé de la confiance de l’église et a réussi à corrompre les autorités d’alors.
« Il a essayé de chercher un certificat de cession, un plan de masse en son nom. Il a fait tout ça sans que l’église ne soit au courant et puisqu’il était le pasteur, les gens ne pouvaient pas douter de sa moralité. Il a donc réussi à corrompre les autorités d’alors de Dubréka. Ce qui me fait mal dans cette histoire est que les témoins oculaires de la cession de ce domaine à l’église vivent encore mais ils n’ont pas été entendus. Dans un premier temps quand il a voulu changer le plan de masse en son nom, un monsieur qui travaillait à l’Habitat de Dubréka n’a pas accepté de signer le document. C’est ainsi qu’il est passé par le responsable de ce dernier pour qu’il signe le document parce que c’est un pasteur, c’est quelqu’un de confiance, on ne peut pas douter de sa moralité. C’est comme ça que le document a été signé en son nom », a fait savoir Daniel Honomou qui se dit humilié par les agissements de Silas Léno qui n’honorent pas l’église.
« Ce n’est pas juste en tant que croyant. Pendant que le monde a confiance en nous, si entre nous, nous essayons de décevoir le monde ce n’est pas bien. Après sa formation pastorale, il veut s’enrichir sur le dos de l’église mais c’est impossible. On ne peut pas l’accepter », a laissé entendre Daniel Honomou.
Avec l’arrivée des nouvelles autorités (CNRD) au pouvoir, les fidèles de l’Eglise Protestante Evangélique (EPE) de Kagbélen fondent un nouvel espoir en la justice tout en espérant que le procès en appel soit organisé dans un bref délai. En attendant, ils acceptent malgré eux de continuer à prier à ciel ouvert. Ce, pour respecter la justice qui est censée établir la vérité dans ce litige dont la première décision a été rendue en commencé 2019.
Siba Engagé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite