votre pub ici

Culture : La première édition du SIPA lancée à Conakry

0
La première édition du Salon International de la Photographie et de l’Audiovisuel ( SIPA) a été lancée ce mercredi, 27 octobre 2021 à Conakry. Cette initiative destinée aux jeunes vise à mettre en valeur l’image de la Guinée mais aussi leur permettre d’être professionnels à travers un cadre d’échanges et de partage. L’événement qui se tient à la maison des jeunes de Kipé a connu la participation du directeur général des éditions Harmattan Guinée, du point focal de l’UNESCO en Guinée et de nombreux professionnels de l’audiovisuel.
Vendre l’image de la Guinée et l’image en Guinée, tel est l’objectif que s’est fixé les organisateurs du salon international de la photographie et de l’audiovisuel ( SIPA).
S’agissant des activités prévues pour cette première édition, Djiba Sovogui coordinateur du SIPA dira : « On a des panels, des discussions entre les professionnels. Deuxièmement, il y aura une formation d’initiation de trente jeunes. Il y a une exposition photos d’une photographe française, l’intervention d’un photographe malien. Et après, il y a les expositions des entreprises partenaires qui nous accompagnent», a-t-il dit.
Le lancement du SIPA ce 27 octobre 2021 coïncide à la célébration de la journée mondiale de l’audiovisuel dont fait partie la photographie. Un fait qui a réjoui Mamadou Dian Diallo, point focal de l’UNESCO en Guinée.
« J’ai bien apprécié le fait qu’on ai choisi cette journée du 27 octobre pour pouvoir organiser le salon international de la photographie et de l’audiovisuel. C’est un acte à saluer, les organisateurs méritent d’être soutenus et encouragés», s’est félicité le point focal de l’UNESCO en Guinée qui n’a pas manqué d’expliquer le sens de la célébration de la journée mondiale de l’audiovisuel.
« C’est une journée qui est l’occasion de célébrer et de montrer l’importance de la sauvegarde des archives audiovisuelles. Comme vous le savez, ce sont des archives qui sont fragiles et vulnérables. Si elles ne sont pas protégées, c’est un grand pan de l’histoire des pays qui disparaît », alerte le point focal de l’UNESCO en Guinée.
Pour sa part, Sansy Kaba Diakité, directeur général des éditions Harmattan Guinée, a rassuré les organisateurs que pour les dix prochaines années à la faveur de Conakry capitale africaine du livre, le SIPA fera partie de l’agenda culturel et diplomatique de la Guinée.
« Nous allons faire en sorte que ce salon devienne un véritable salon de professionnels», a promis monsieur Diakité.
Siba Engagé

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite