votre pub ici

Dr Dansa Kourouma à ses détracteurs : « Je ne suis pas pour la pensée unique…»

0
Nommé président du Conseil National de Transition ( CNT) par le Colonel Mamadi Doumbouya, Dr Dansa Kourouma fait l’objet de critiques sévères de la part de certains qui l’accusent d’avoir soutenu le troisième mandat du Professeur Alpha Condé.
Sans entrer dans cette polémique qui le concerne, le nouveau président du CNT a calmé jeu car soutient-il, aucune œuvre humaine n’est pas parfaite.
« Ceux qui critiquent sont dans leurs droits et ceux qui soutiennent aussi sont dans leurs droits. Mais un homme dans l’unanimité doit pouvoir se positionner au juste milieu. Les raisons pour lesquelles les gens vous critiquent, que ça soit fondé ou pas, ça doit vous interpeller sur la délicatesse de votre comportement et sur les garanties que vous devez présenter dans la conduite de votre mission qui doit se faire de manière impartiale, objective et efficace. Moi je pense que la meilleure façon de répondre à ces préoccupations formulées par des Guinéens, je considère que tous ceux qui acclament et contestent sont des Guinéens, c’est de faire un travail digne d’un patriote, d’un jeune qui prétend à un avenir proche, à être considéré et respecté», a déclaré Dr Dansa Kourouma.
Malgré les critiquent qui entourent sa personne, le président du CNT dit n’avoir aucun regret personnel quant à son combat contre le troisième mandat.
« Mon organisation sous mon leadership s’est positionnée de manière claire contre tout changement constitutionnel. Nous l’avons fait par écrit ou par la parole. Nous avons rencontré le Premier ministre, des concertations pour lui signifier qu’il n’y avait pas l’opportunité pour changer de constitution mais elle peut être révisée tout en respectant ses intangibilités. Mais je ne suis pas pour la pensée unique, penser qu’il faut une seule manière pour mener un combat. Il y a beaucoup de personnes aujourd’hui qui occupent des hautes fonctions mais qui ne n’étaient aussi pas dans la rue. Donc il est important que nous respectons la disciplines internes des organisations et leurs manières de se déterminer face à une situation nationale», s’est défendu le président du CNOSCG qui dit n’avoir aucun regret personnel.
« Le regret, il est national parce que nous avons raté un autre rendez-vous. Nous avons cru à des politiciens pour conduire les destinées du pays. Ils ont plutôt remis en cause les fondements de la République. Ce regret il est national, je le ressens», a fait savoir Dr Dansa Kourouma.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite