votre pub ici

Fraude au baccalauréat : « Si j’étais le ministre, j’allais annuler les épreuves en Sciences Mathématiques », dit Guillaume Hawing

0
Malgré l’utilisation des appareils détecteurs de métaux pour empêcher la fraude aux examens nationaux, certains candidats se sont retrouvés avec des téléphones portables dans les salles d’examen. Et, des sujets photographiés ont circulé en boucle sur les réseaux sociaux.
Invité de la radio Espace Fm ce mardi, 03 août 2021 dans l’émission Espace Expression, Guillaume Hawing, professeur de Mathématiques n’a pas apprécié le déroulement des épreuves à cause de la fraude massive constatée dans certaines matières du du profil «Sciences Mathématiques».
Cet enseignant soutient qu’à la place du ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, il aurait annulé purement et simplement les épreuves incriminées en Sciences Mathématiques.
«Vous savez, le baccalauréat s’est passé devant nous tous ici en Guinée. Jusqu’aux heures tardives, vous voyez les élèves partout dans les rues en train de chercher le pétrole ( sujet). Après les examens, je parle en tant que directeur d’école, je reçois l’appel d’un de mes bons élèves qui me dit monsieur, il y a eu fuite. Ce n’est pas une seule fois seulement, ce n’est pas qu’en Chimie. Il y a eu fuite dans plusieures matières. J’ai fait mes investigations, j’ai appelé et j’ai demandé. Beaucoup de personnes, d’élèves et même ceux qui ne sont pas de mon école, beaucoup ont comfirmé.
J’ai vu sur les réseaux sociaux et partout. Ce que je vous dis je n’invente pas. Moi, si j’étais ministre, ça allait me coûter ce que ça allait me coûter, mais je préfère la bonne formation que le chaos économique. Je rectifie et je reprends le baccalauréat en Sciences Mathématiques», a déclaré Guillaume Hawing.
A la question de savoir, entre l’année dernière et celle en cours ( 2021), la quelle a enregistré plus de fraudes au baccalauréat, Guillaume Hawing n’est pas favorable à une comparaison. Sa préoccupation dit-il, est de combattre la fraude sur toutes ses formes.
«Comparer deux époques, c’est fausser l’histoire. Une faute est une faute. Quelle  se passe l’année dernière ou quelle se passe cette année, moi je dis une faute est une faute. S’il faut rectifier, il faut rectifier. Ce n’est pas parce que l’année dernière on n’a pas rectifié, il y a eu des fraudes que  cette année il faut laisser continuer. On ne peut pas laisser continuer comme ça. Pour moi,  l’excellence doit être au centre de tout. Quoi qu’il en soit, je préfère qu’on évalue les méritants pour voir effectivement qui est qui. J’avoue en tant que chef de d’établissement, je passe tout mon temps à préparer mes élèves. Je veux une admission qualitative et quantitative. Apprécions les meilleurs», a laissé entendre ce responsable d’école.
Mamadou Telly Diallo
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite