votre pub ici

Kassory imposé à la tête du RPG Arc-en-ciel : voici ce que compte faire désormais « la Cause Commune » de Malick Sankhon

0

La Cause Commune est remontée contre la décision de certains membres du RPG Arc-en-ciel qui par « voie illégale », ont imposé Dr Ibrahima Kassory Fofana à la tête du parti présidé par le Professeur Alpha Condé, en convalescence à Abu-Dhabi. C’est donc ce qui ressort du contenu d’une réunion tenue à Matam le mercredi 16 mars dernier par les ténors de la formation politique de l’ex-directeur général de la CNSS, Malick Sankhon. La LCC pour remettre la pendule à l’heure, a donc décidé de saisir les autorités compétentes pour que le droit soit dit.

A l’issue de la réunion qui a rassemblé les anciens cadres de LCC,  la méthode de mise en place d’un conseil exécutif provisoire non conforme à la loi a été dénoncée. Pour l’ex-secrétaire général du bureau politique de LCC et actuel membre du bureau du RPG Arc-en-ciel : « dans tous les partis du monde, il y’a des textes et règlements intérieurs. Mais une fois qu’ils sont violés, l’autorité est saisie. La manière dont quelques personnes ont été installées soi-disant provisoires pour diriger le RPG Arc-en-ciel, nous l’ex-parti LCC et actuels membres fondateurs du RPG Arc-en-ciel, dénonçons. Nous dénonçons la manière de faire qui n’a rien à avoir avec la personne de Kassory. Nous comptons toucher les autorités pour que soit rétabli le droit qui a été violé », a affirmé Sylla Tostao.

Les femmes de « La Cause Commune » présentes à cette réunion ont aussi à travers leur présidente, rappelé l’audace que seul leur parti a eu pour accepter de travailler avec le RPG, alors que tout le monde y était réticent  aux premières heures. Anne-Marie Koivogui déplore le fait que la LCC n’ait pas été consultée avant toute décision. Elle réitère que ce n’est pas un problème d’individus mais de respect des procédures.

A en croire ces cadres qui ne partagent pas l’idée d’un tel conseil exécutif dit provisoire, la LCC compte ainsi saisir le MATAP et les autorités du pays, afin que les choses rentrent dans l’ordre.

Pour rappel, Malick Sankhon, alors ancien directeur du protocole d’Etat de feu Président Général Lansana Conté et Sécrétaire Général du ministère du Tourisme et de l’hotellerie d’à lors, a été le seul haut fonctionnaire de l’Etat à avoir un parti politique qu’il préside (La cause commune) et qui ne soit pas tendre avec le PUP avec qui il a eu à en découdre à plusieurs occasions. Son « non catégorique » à ce qu’il a qualifié récemment de « manigance des imposteurs » chez nos confrères de FIM FM n’est pas une surprise. L’homme a toujours été franc dans ses démarches, quel que soit le prix à payer.

 

Son parti « La cause commune » membre fondateur du RPG Arc-en-ciel qui a été créé en 2011 avec 12 partis politiques dont le 2e signataire après le RPG du Professeur Alpha Condé, n’est pas le seul à s’inquiéter de l’avenir de la formation politique qui dirigeait le pays avant le putsch du 05 Septembre dernier. Beaucoup se demandent aujourd’hui si : « quelqu’un a-t-il la paternité du RPG Arc-en-ciel ? » La question mérite d’être posée dans le sens où certains membres s’égarent et créent la scission  du parti, en voulant coûte-que-coûte faire passer leur désir en premier, piétinant ainsi textes et règlements intérieurs.

 

TMS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite