votre pub ici

La députée Yansané Bintou Touré révèle : «Mamadou Sylla m’a dit que le président Alpha Condé s’opposerait si je me présente à ce poste »

0
Rien ne va au sein du groupe parlementaire Alliance Patriotique. Les trois députés radiés ont animé une conférence de presse ce jeudi, 15 juillet 2021 pour parler de la genèse de ce conflit qui est né depuis la mise en place du bureau de l’Assemblée nationale. 
Sans langue de bois, la députée Yansané Bintou Touré a fait de graves révélations sur la répartition des différents postes au sein de la 9ème législature dirigée par Amadou Damaro Camara.
Décryptage !
«Quand on a formé le groupe parlementaire au début de la législature, on devrait passer à l’élection du président de l’Assemblée nationale. Au sein du groupe parlementaire Alliance Patriotique, j’ai dit que je voulais me présenter à la présidence de l’Assemblée nationale. À ma grande surprise la veille, Elhadj Mamadou Sylla m’a dit devant tout le groupe que Damaro dit, parce qu’il n’était élu que pour ça, que si tu te présentes contre lui, notre groupe parlementaire n’aura aucun poste. Parce qu’à l’Assemblée nationale, c’est la loi de la majorité. Si tous les postes passent au vote, les autres n’auront rien. Ce qui fait qu’on gère là-bas par consensus. Finalement, j’ai cédé pour l’intérêt du groupe. Le lendemain, c’était l’élection des membres du bureau de l’Assemblée nationale. On a reparti les postes en fonction du nombre de députés dans les groupes parlementaires. Notre groupe a reçu , une vice-présidence et un secrétaire parlementaire. À l’intérieur du groupe, il y a eu des tractations. J’ai dit que j’allais me présenter encore au poste de cinquième vice-présidence. À quinze minutes du vote, Mamadou Sylla me dit que le président Alpha Condé aurait dit, que si c’est madame Yansané qui se présente à ce poste qu’il s’y opposerai.  J’ai dit ah bon ? Je me suis rétractée encore. Avant qu’on arrive sur le lieu du vote, ils avaient déjà changé la liste pour mettre le nom de Fodé Mohamed Soumah de la Geci. Je n’ai rien dit pour l’intérêt du groupe, je me suis rétractée encore. Les élections sont passées, je suis restée comme ça. C’était depuis le début de la législature… Entre temps, Mamadou Sylla est désigné chef de file de l’opposition. Dans son cabinet, il m’a désigné directrice de communication. On a décliné notre vision. C’était d’être une opposition constructive et dénonciatrice. J’étais étonnée de le voir en prostestateur pour avoir une visibilité. Je me suis rétractée. Parce qu’il a trahi notre vision. Je veux simplement dire que quand j’ai compris qu’il ne pouvait pas assumer la responsabilité et les charges liées au poste chef de file, moi je me suis rétractée. Alors il n’a pas digéré ça. 
 Entre temps, on était à la fin de la première session, Abdoulaye Kourouma a été évincé du bureau. Il était le secrétaire parlementaire du bureau de l’Assemblée nationale…À chaque clôture de session, on doit renouveler les membres du bureau de l’Assemblée nationale. Ils ont décidé de maintenir les membres du bureau intact. D’habitude, on fait des réunions, par consensus et on désigne les gens. Abdoulaye Kourouma a dit qu’il va se présenter pour la cinquième vice-présidence à la fin de la première session ordinaire unique de l’Assemblée nationale. Il a été battu mais il a félicité le vainqueur. Pour nous c’était clos. Mais le lendemain, on nous a retirés de la plateforme du groupe. On ne savait pas la raison et le surlendemain, on apprend qu’on est radiés du groupe parlementaire Alliance patriotique» a-t-elle expliqué.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite