votre pub ici

Le coup d’État du 05 septembre est-il lié au 3ème mandat du Professeur Alpha Condé ? ( Mamadi Diawara)

0
Plus de deux (02) semaines  après le coup d’État en Guinée, les citoyens cherchent toujours à comprendre les orientations de la junte au pouvoir quant à la situation sociopolitique et économique du pays.
Nous rappelons que des « jeunes guinéens » tels que camarade Ahmed Sékou Touré à 36 ans, Général Lansana Conté à 49 ans, Moussa Dadis Camara à 44 ans, Général Sékouba Konaté à 45 ans, Colonel Mamadi Doumbouya à 41 ans, ont respectivement accédé au pouvoir. Voilà des preuves pour dire à l’opinion publique que la Guinée  appartient toujours à la jeunesse.
En effet, pour répondre à la grande question de savoir si le Coup d’Etat survenu en Guinée le 05 septembre tire sa source du 3eme Mandat du Professeur Alpha CONDÉ ? NON ! En réalité, le référendum constitutionnel et les élections présidentielles étaient derrière nous depuis près d’un an, malgré la cherté de la vie dont se plaignent les guinéens. À côté de cet aspect, il faut tout de même reconnaître que le pays était devenu stable, avec aucune manifestation de rue. D’ailleurs même les rassemblements socio-politiques ne se tenaient plus. Une mesure étatique qui visait à ralentir la propagation du Coronavirus.
Au vu de cela,  on peut dire aisément sans risque de se tromper que le coup d’État n’a rien à avoir avec le  3ème mandat ou du moins, le premier mandat pour le compte de la quatrième République.
Cependant, si le coup d’État s’était déroulé pendant les contestations de rue à la veille des élections de 2020, on aurait sans doute donner le trophée aux opposants. Malheureusement pour eux, l’armée ne leur a jamais donné un coup de pouce. Ce n’est qu’en septembre 2021 que l’armée, profitant du confinement interminable du Grand-Conakry a agit et a renversé le régime du Professeur Alpha Condé. Ce qui lui concède totalement la victoire du coup d’État favorisé par la cherté de vie du pays, notamment l’augmentation du prix du carburant, le prélèvement de 5% sur les salaires des fonctionnaires, la hausse des prix des denrées  alimentaires sur le marché, la frustration des militants du parti au pouvoir, le conflit de leadership entre les élites, le recyclage des cadres à leurs postes, la non publication des résultats des concours d’intégration à la fonction publique, etc.
C’est inutile que le Front National pour la Défense de la Constitution se tape la poitrine et s’érige en héros. Ce coup d’État n’est nullement son exploit d’autant que son combat n’a pas freiné la tenue des élections et la promulgation d’une nouvelle constitution. Les sorties du FNDC n’ont été que résultantes de cas de morts parmi les civils et militaires mais aussi des dégâts matériels importantes. D’ailleurs, n’avait-il pas soutenu mordicus que le nouvel homme fort du pays est un acteur clé du 3e mandat ?
Il est aussi primordial de rappeler qu’il n’y a aucune différence entre Monsieur Cellou Dalein Diallo de l’UFDG et ceux là qui ont loyalement défendu le 3eme mandat du candidat Alpha CONDÉ. On se rappelle encore la façon dont en 2001, le président de l’UFDG a farouchement soutenu le mandat à vie du Général Conté, une époque où le Président Alpha CONDÉ était aussi en lice pour les présidentielles.
Si les opposants au régime Condé pensent que ce coup d’État est leur victoire alors qu’elle est celle de l’armée guinéenne, j’ose  donc demander à ces soldats, d’être très vigilants sur les actes  de certains guinéens. La vérité est telle que, beaucoup d’entre nous se battent pour leur poche et non pour la Guinée. C’est en ce sens que les consultations sont importantes. Elles permettent de rassurer tout le monde.
Nous devons aussi retenir que nous sommes tous victimes en Guinée de tous les régimes de l’indépendance au 05 septembre 2021. Même si ceci ne se dit pas, nous savons tous que le dernier coup d’État ne s’est pas fait sans effusion de sang, comme on nous le fait croire. Il y’a bel et bien eu des morts sur le champ de bataille. Du coup, naîtra encore une autre association de victimes d’un coup d’État.
Est-il possible d’enterrer définitivement ces différentes associations des victimes en République de Guinée, en suivant l’exemple du Rwanda qui, à travers le slogan Vérité – Justice et Réconciliation, a réussi à débarrasser son peuple de l’amertume qu’a causé le génocide ? Il faut tenter le coup car nous avons tous gros sur le cœur.
Par ailleurs, je propose à l’armée, la nomination d’un guinéen nouveau à la primature. Assez de Guinéens évoluent avec brio dans de grandes institutions partout dans le monde.  À ceux-là s’ajoutent les cadres compétents et intègres qui vivent et travaillent sur le sol guinéen. Il suffit de les approcher pour être sûr du résultat probant qu’ils fourniront.
Oui, le colonel Mamadi Doumbouya peut réussir sa mission, s’il arrive à faire dos aux démagogues et aux apatrides.
Mamadi Diawara, citoyen guinéen
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite