votre pub ici

Magouille autour de la bourse offerte par la Tunisie ?  Un étudiant se plaint et le service bourse contre-attaque

0

Il se voyait déjà en Tunisie pour poursuivre sa formation académique. Mais malheureusement ça ne sera certainement pas le cas. Car, au lieu des deux ou trois premiers par options, ce sont les premiers (majors) qui seront du voyage.  Ce, dans le cadre d’une bourse d’étude offerte par la Tunisie aux diplômés des filières BTS (Brevet des Techniciens Supérieurs) des écoles professionnelles.

Mohamed Camara est diplômé de l’Ecole Nationale de Secrétariat d’Administration et de Commerce (ENSAC), option agent comptable et gestionnaire de la session 2021. Il s’est classé deuxième de sa classe et pensait pouvoir bénéficier de la bourse. Car selon lui « dans un premier temps, notre Directeur des études m’avait appelé de venir fournir les contacts des étudiants bénéficiaires de la bourse. Il m’a demandé le numéro des deux premiers de secrétariat de rédaction, chez nous aussi agent comptable et gestionnaire, j’ai fourni les quatre numéros. En administration générale, j’ai fourni aussi les trois numéros. Le lendemain mon ami m’a appelé en me demandant si j’ai été contacté par le service bourse ? Je lui ai dit non.  Une fois au service bourse pour m’informer, j’ai constaté que ce sont les noms des premiers qui figurent sur la dernière liste. Je ne connais pas le motif de la réduction de l’effectif », s’est plaint notre interlocuteur.

Pour en savoir davantage, notre reporter a pris le soin de contacter un cadre du service bourse de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. D’abord, monsieur Fofana a précisé que cette bourse ne concerne que les étudiants des écoles professionnelles de type B c’est-à-dire les écoles au sein desquelles, il y a des bacheliers.

Sur le mode de sélection des quinze bénéficiaires, Ibrahima Fofana du service coopération et bourse dira « au niveau de l’ENSAC pour le type B nous avons trois filières seulement. A l’école nationale des postes et télécommunication de Kipé il y a cinq. Ce qui fait 8 et à l’ENAM il y a 7 sept filières. Donc si tu prends le premier de chaque filière, ça fait juste les 15 (quinze) places. C’est moi qui ai pris deux ou trois personnes au  niveau des filières parce que, ce sont les sortants. Ils ne sont plus sous nos mains. Je me suis dit, vu l’urgence, si je prends le premier je l’appelle et qu’il n’est pas là ou quelque part il a trouvé un emploi, je serai obligé de chercher encore le deuxième ou le troisième. C’est comme ça que j’ai proposé deux au niveau de certaines filières », a soutenu Ibrahima Fofana chargé de la coopération et des bourses au Ministère de l’Enseignement Technique, de la formation professionnelle et de l’emploi.

Pour preuve soutient-il, « il y a une boursière qui est venue me dire qu’elle ne peut pas partir en Tunisie parce qu’elle est enceinte. J’ai trouvé celle qui a été la deuxième. J’ai informé les autorités de son école pour qu’elle puisse chercher les documents exigés. Tous les boursiers ont été soumis à l’observation du ministre qui a apprécié après validation par le service examen pour dire qu’effectivement les gens qui ont été choisis, ce sont eux les méritants. Il y a eu une note signée et cachetée par le service examen. Ce n’est pas une surprise que de telles choses soient dites. Je n’ai pas de reproche à me faire », s’est défendu Ibrahima Fofana.

Siba Engagé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite