votre pub ici

Malversations financières dans le projet Souapiti : Les révélations croustillantes d’un travailleur

0
Des travailleurs du projet d’électrification Souapiti  accusent la direction générale de malversations financières.
Les salaires qui étaient prévus n’ont jamais été perçus par les ayant-droit qui dénoncent également la présence des fictifs dans la dernière grille salariale.
Si l’affaire n’est pas résolue à la satisfaction des travailleurs, un procès sera intenté contre la direction générale du projet Souapiti, accusée de malversations financières.
A en croire, Daouda Keita, cadre projet Souapiti, département développement local, les travailleurs du projet Souapiti n’ont jamais signé un contrat de travail. L’ancien ministre de l’Energie, Cheick Taliby Sylla avait brandi des menaces contre celui qui allait réclamer la signature du contrat.
« Nous avons travaillé dans ce projet pendant cinq ans mais on n’a jamais eu de contrat avec la direction. On disait toujours de patienter. Le ministre d’alors qui est Cheick Taliby Sylla nous a toujours dit, celui qui réclame son contrat de travail sera mis à la porte. Nous n’avons pas signé un contrat avec eux, ni une prise en charge médicale encore moins une cotisation sociale à la CNSS», a fustigé Daouda Keita.
En ce qui concerne les salaires, les travailleurs devaient percevoir un montant de 3 millions 250 milles francs guinéens et un bon de carburant de 3 millions.
En lieu et place du premier montant indiqué dans la grille salariale, les travailleurs se sont retrouvés avec la moitié du salaire initial.
« On a reçu que la moitié de 3 millions 250 milles francs guinéens c’est-à-dire 1 million 625 milles francs guinéens. Dans l’étude de faisabilité du projet, c’est écrit que les cadres techniques devaient être payés à 25.000 dollars par an et le personnel d’appui à 10.000 dollars par ans. Mais nous n’avons jamais reçu ces montants de la part de la direction générale», accuse le porte-parole des travailleurs.
L’autre fait qui a irrité les travailleurs du projet Souapiti, c’est la présence des fictifs dans la grille salariale du projet. Et en guise d’exemple, ils ont relevé le nom de Checik Taliby Sylla ministre de l’Energie au moment de la réalisation du barrage.
« Dans le projet Souapiti, il y a des gens qui ne sont pas concernés, qui ne travaillent pas mais qui prennent les salaires. Le ministre Cheick Taliby Sylla percevait 12 millions de francs guinéens par mois. Il y a le jeune frère du DAF qui est payé par le projet. Il est mieux payé que moi qui suis le cadre technique. 
La secrétaire du ministre, Augustine Touré est payée par le projet alors qu’elle n’est pas concernée», révèle notre interlocuteur qui jure de trimballer en justice toutes ces personnes qui s’enrichissaient sur leurs dos.
Siba Engagé
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite