votre pub ici

Massacres du 28 septembre : La tenue du procès et l’indemnisation provisoire des victimes sollicitées par la CGCPI

0
Le 28 septembre 2009 reste un jour sombre dans l’histoire récente de la Guinée. Ce jour, des femmes ont été violées, des séquestrations, une dizaine de disparus, des arrestations illégales, des cas de morts, des blessés à vie enregistrés et des dégâts marériels importants. Malgré les multiples actions judiciaires entreprises par les victimes et parents des victimes, aucun procès n’a été organisé pour la manifestation de la vérité même si des personnes inculpées dans ce dossier continuent à occuper de hautes fonctions administratives.
Après 12 ans d’attente, les victimes des massacres du 28 septembre 2009 réclament justice et une indemnisation provisoire. C’est du moins ce qui ressort de la conférence de presse animée ce lundi, 27 septembre 2021 par la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale présidée par maître Hamidou Barry.
En commémorant ce douzième anniversaire de cette triste journée ( 28 septembre 2009), la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale a fait un appel pressant au nouvelles autorités du pays, « de prendre les mesures nécessaires pour l’ouverture, dans un délai raisonnable, du procès des massacres du 28 septembre 2009; de prendre les dispositions légales afin d’allouer une indemnisation provisoire aux victimes des massacres du 28 septembre 2009», plaide la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale ( CGCPI).
Au procureur près la Cour Pénale Internationale (CPI), il lui ai demandé de continuer à veiller sur l’affaire des massacres du 28 septembre 2009. Dans la même lancée, les partenaires bi et multinationaux sont invités de continuer à accompagner la justice guinéenne en vue de la tenue du procès dans l’affaire des massacres du 28 septembre 2009.
Siba Engagé
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite