votre pub ici

N’Valy Sacko, président de l’AGT: « Nous tirons le diable par la queue »

0

L’état d’urgence sanitaire a été reconduit par le chef de l’Etat, Professeur Alpha Condé pour un délai de trois (03) mois. Cette mesure restrictive ne fait pas les affaires des tenanciers des bars, des restaurants, motels et night clubs qui peinent aujourd’hui à satisfaire certaines charges professionnelles et familiales. 

Au cours d’un entretien accordé à Actupremiere.com ce mercredi, 28 juillet 2021, N’Valy Sacko président de l’association guinéenne des tenanciers des bars, restaurants, motels et night-clubs (AGT) n’a pas mâché ses mots pour évoquer les difficultés qui assaillent leur secteur depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire qui selon lui, est une mesure de deux poids deux mesures.
« On s’acharne contre les bars, restaurants, motels et night-clubs et on laisse les transports publics, les marchés, les autres lieux de regroupement. Qu’à cela ne tienne, nous sommes d’accord pour cela», a accepté avec gênes monsieur Sacko.
Depuis l’apparition du premier cas de Covid-19 en Guinée, les chiffres d’affaires des gérants de bars, restaurants et night-clubs ont fortement baissé au grand dam de ceux qui évoluent dans ce secteur tant éprouvé.
« Nous tirons le diable par la queue parce que nous avons des charges fixes qui nous attendent. Les lieux qui abritent ces bars, restaurants et autres sont en location. Nous sommes là empêchés par les bailleurs. Au delà de tout ça, nous sommes des pourvoyeurs d’emplois. La quasi totalité des jeunes sont derrière nous. Si vous voyez qu’il y a beaucoup de frustrés aujourd’hui, c’est en fonction de tout cela. Les jeunes filles et garçons qui sont avec nous sont livrés à eux-mêmes. Les filles sont tenues obligées de faire la prostitution. Les garçons autrement. J’accepte notre ouverture partielle », a fait savoir le président de l’AGT qui précise qu’une décision de la police fermant hermétiquement ces lieux a été prise hier mardi, 27 juillet 2021.
Face aux nombreuses difficultés liées à l’exercice de leur activité, N’Valy Sacko fait des propositions au gouvernement pour leur permettre de souffler un peu et de faire de petites économies.
« Nous demandons aux autorités de nous laisser travailler. Nous sommes prêts à faire vacciner tous les travailleurs, tout le personnel et tous les patrons vont se faire vacciner. Ensuite, nous allons passer aussi la sensibilisation dans nos lieux respectifs en demandant aux clients de se faire vacciner. Dès qu’il y a beaucoup de personnes vaccinées et huminisées, je pense que ça y va dans l’intérêt de la population et de la protection de la santé publique», a plaidé N’Valy Sacko président de l’AGT.
Siba Engagé
623 06 56 23
A lire aussi   Désenclavement de Koyamah, son bilan à la mairie, ses projets : Emmanuel Oua Guilavogui dit tout (Interview)
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment
commentaires
Loading...

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite