votre pub ici

Pourquoi Tibou Kamara n’est pas en prison ? Les précisions du procureur spécial de la CRIEF

0
Alors que ces deux compagnons d’infortunes ( Ismaël Dioubaté et dame Eveline Fola Mansaraé) concernés par le même dossiers sont écroués à la maison centrale de Coronthie, Tibou Kamara a tout simplement été placé sous contrôle judiciaire pour des faits présumés de détournements de deniers publics, blanchiment d’argent et de complicité.
Dans l’opinion, le cas de l’ancien ministre de l’Industrie du dernier gouvernement du Prof. Alpha Condé est perçue comme du « deux poids deux mesures ». Mais le procureur spécial de la CFIEF, Aly Touré n’entend pas de cette oreille.
«Ils disent que la CRIEF a entendu beaucoup de personnes surtout les premiers dossiers. Tibou a été entendu et a été placé sous contrôle judiciaire. Monsieur Ismael Dioubaté et dame Eveline Faula ont été également inculpés devant la CRIEF . Dans le même dossier les deux ont été placés sous mandat de dépôt tandis que Tibou a été placé sous contrôle judiciaire. Pourquoi c’est deux poids deux mesures? C’est peut-être un langage journalistique et nous, nous ne l’entendons pas sous cet angle. Encore que c’est un dossier que le parquet a reçu du Tribunal de première instance de Kaloum. 
Vous savez que l’ordonnance qui a créé la CRIEF a dit que lorsque des dossiers relevant de la compétence de la CRIEF sont pendants devant les juridictions de droit commun sur réquisitoire du procureur de ce tribunal, les dossiers sont transmis au parquet pour être traités au même niveau de jugement. C’est à dire si c’est au niveau du jugement ça vient directement au parquet. Quand c’est au niveau de l’instruction ça va directement au niveau de la chambre d’instruction de la CRIEF. Quand c’est au niveau des appels ça va directement devant la chambre des appels. Quand c’est au niveau de jugement, au niveau des juridictions de droit commun quand ça vient à la CRIEF ça continue à la chambre de jugement. C’est l’équivalence établi entre les juridictions de droit commun et la CRIEF pour cette phase transitoire. 
Alors quand le dossier de Eveline Mansaré, Tibou Kamara et Ismael Dioubaté est venu à la phase de l’instruction. Nous avons saisi la chambre de l’instruction qui les a interrogés en première comparution et les a inculpés. En fonction des réalités du dossier, la chambre a estimé que monsieur Tibou Kamara devait être placé sous contrôle judiciaire compte tenu des charges qu’ils ont constatées dans le dossier. Ismael Dioubaté et Eveline ont été placés sous mandat de dépôt. Encore que dans la demande de notre réquisitoire que nous avons formulée devant la chambre de l’instruction, nous avons dit que ces trois devaient être détenus de façon préventive. Mais les magistrats de siège sont indépendants, ils ne sont pas liés parce que nous leur demandons. Ils peuvent aller dans le sens de notre demande tout comme ils peuvent prendre le contrepied. C’est ce qui s’est passé. Nous n’avons pas d’ordre à donner à la chambre de l’instruction. C’est elle qui a estimé que Tibou devait être placé sous contrôle judiciaire et les deux autres en détention», a indiqué Aly Touré.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite