votre pub ici

Tribune: Ce qu’ils ne nous ont pas dit ! ( Pierre Bilivogui)

0
Il y’a un proverbe Chinois qui dit : 皮笑肉不笑 qui se lit : píxiào ròu bù xiào. Littéralement, ça signifie : « La viande qui rit ne rit pas ».
Vous savez le vrai sens de ce proverbe 皮笑肉不笑 ? Décortiquons ensemble, ensuite, j’apporterai mon analyse sur la situation de notre pays prenant pour base cet idiome Chinois.
Il existe plusieurs sens, en voici quelques-uns :
_Prétendre avoir un visage souriant alors qu’on ne l’a pas ;
_Décrit l’hypocrisie ou la méchanceté dans une société ;
_Sourire à contrecœur ;
_Mettre une autre partie, un adversaire dans une position inconfortable ;
_Se moquer sous une autre forme.
D’entreé de jeu, j’aimerais chacun sache que notre système économique est du type « Capitaliste », de facto, le libre-échange et entrepreneuriale.
Pendant que nous sommes concentrés sur d’autres sujets, notre économie est repartie entre d’autres nationalités. Loin de moi l’idée d’un xénophobe, mais, il faut regarder autour de nous pour se dire quelques vérités.
Sommes-nous smart dans quel domaine alors ?
_ Dans la politique ? Oh non, ce n’est pas vrai, car depuis des ans, nous sommes incapables de trouver des compromis pour nos différends politiques au point de faire intervenir d’autres personnes qui ont fréquenté les mêmes écoles que la plupart de nos politiques ou concitoyens.
_ Notre système financier et/ou bancaire est tenu par d’autres promoteurs étrangers au point se faire bloquer dans la moindre des choses ; c’est le peuple qui subit les conséquences sans qu’aucune autorité lève le petit doigt, car elle est dépendante aussi de ces banques.
_Dans l’Agroalimentaire ou encore l’agriculture ? ça devrait être vrai, car nous sommes un pays agricole, mais, hélas, chacun se veut être dans un bureau climatisé sans aucun budget de fonctionnement. Un pays où un seul individu utilise des fonds destinés aux agriculteurs pauvres sans qu’il ne soit inquiété de rien.  Pendant ce temps, nous comptons sur les organisations internationales pour notre survie alimentaire ; où un politique va plaidoyer à comment trouver a mangé au nom de tout un continent.
_Les transports ? Ah là ! Le secteur aérien, ferroviaire, maritime et routier, encore dans les mains d’autres promoteurs étrangers. Je ne dirai pas que nous sommes incapables, mais, nous ne sommes pas aptes a coordonné la gestion de compagnies de transports. Sauf la sous-traitance avec les autres.  Peut-être de l’égoïsme.
_Dans le secteur minier ? Très loin d’avoir de mains mise sur ce secteur. Car, ce sont les habitants riverains qui paient de lourd prix. Ils habitent dans des cimentières à ciel ouvert, où compter le nombre de trafic ferroviaire avec ces bruits sonores transportant nos minerais est leur seul bénéfice. Dommage !
_Dans la restauration ou encore l’hôtellerie ? Peut-être que oui, car ces derniers temps, quelques patriotes se font démarqués dans le secteur, même si nous sommes loin de la moyenne africaine.
_La presse ?  Tout n’est pas rose, mais il reste beaucoup à faire, car il y’a des journaleux qui ont pour sources les ragots sur les réseaux sociaux, et ceux qui parlent au nom de leur patron quand leurs intérêts sont en jeu.
_Le Système de Santé ? D’une part oui, car beaucoup d’effort sont en train d’être mis en œuvre pour y arriver, même si nous sommes encore à une moyenne très inférieur comparativement au système de santé de la sous-région.
_Le Système de l’éducation ? Ah là, c’est autre débat. Ils nous ont menti par un système incompatible à notre réalité. Ce sont les filles et fils des pauvres qui en paient le prix. Cette liste est non exhaustive.
De qui se moque-t-on vraiment ?
_Du peuple ? Même pas, car il est incapable de virer ceux qui lui rend la vie difficile ; ce peuple a fait son choix entre son indépendance et les miettes des politiques, des organisations de copains copines.
_De la Devise du pays ? Oh non ! Je n’en suis pas sûr, car le Travail a laissé place à la paresse, aux jeux de hasard, à l’argent facile, aux vidéos de divertissement avec au menu le corps. La Justice a cédé place à l’injustice, et qu’à la place de la solidarité le peuple a préféré la désunion totale au point où saluer un proche est politique.
_De l’hymne national ?  La Liberté ? Oui, nous sommes libres dans les ragots, les manifestations, dans les rancunes, les partages de gains politiques, libre dans la division ethnique et régionale. Et celles Economiques ? Politiques ? Militaires ? Sociales ? Ou encore…Etc. ? Non !
_De nos institutions ? ça aussi, je n’y crois pas, car nous sommes ceux qui doivent faire fonctionner ses institutions sans aucune partie prise. Si nous sommes coupables, elles le sont aussi.
De qui sourit-on à contrecœur ?
_Du pays ? Oui ! Il est le seul perdant dans cette situation. Il ne peut pas se déplacer, ceux qui devraient se déplacer avec lui, l’on fait, le font sans l’informer. Nous l’avons trahi.
_De nos martyrs ? Oui ! ils n’avaient pas l’ambitions démesurées que nous avons aujourd’hui. Ils avaient l’ambitions de voir ce pays aux rendez-vous des nations puissantes du monde. Mais, vos politiques égoïstes, rancunes nous font reculés chaque année.
Comme j’ai l’habitude de le dire, personne d’autre ne viendra nous aider pour développer notre pays, nous faire impliquer dans les secteurs qu’il nous faut pour faire avancer notre nation. Personne, personne à part nous-mêmes.
Les organisations internationales, les bailleurs de fonds, ou aides internationales…Etc. chacun sait ce qu’il en tire en contre partie à faisant de charité. En matière d’investissement, on ne finance pas pour perdre, plutôt tirer profits d’une manière ou d’une autre. Aucun don, peu importe sa forme, ne nous aidera à se développer. Comprendrons ceux qui voudront.
Restera éternellement dépendante (Guinée) des autres ? Il faut que ça s’arrête, vaillant peuple de Guinée.
Pendant l’an 64, à côté des longs discours du Chef de l’Etat, des Hommes politiques, des Hommes de la société civile ; faites-nous des propositions concrètes de comment devenir une nation économiquement, socialement, techniquement forte. Les longs discours sans réelle motivations, on en a assez.
Á côté des défilés militaires, qu’on nous présente nos valeurs culturelles, nos sites touristiques et les plans de réhabilitations.
Á côté des défilés militaires, que nos institutions d’enseignement supérieur et institutions d’enseignement technique et professionnel nous présentent leurs travaux de recherche et comment comptent contribuer au développement du pays en dehors des cours donnés dans les classes. Il faut qu’on aide ce pays. Vous êtes des maillons fort pour une sortie de crise.
Aujourd’hui, avec humilité, j’interpelle chacun, chacune, fille et fils de Guinée, à revoir ses copies de ce qu’il souhaite pour le pays, pour un changement de situation, car nous l’avons trahi sur tous les fronts.
La Guinée que nous voulons, passera forcement par nous, sans quoi, nous ne l’auront jamais.
Vous souhaitant un très bon début de semaine, que chaque fille et fils se remette en cause pour le bien-être de notre héritage commun, la Guinée.
Pierre BILIVOGUI 
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment
commentaires
Loading...

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite