votre pub ici

Tribune: Prolifération des écoles d’enseignement étranger en Guinée

0
Le système éducatif Guinéen en perte de vitesse.
Inquiétant mais mis en sourdine, la prolifération des écoles de système d’enseignement étranger ne choque plus personne en Guinée. A l’approche de chaque ouverture scolaire, c’est le même ballet que connait notre pays en terme d’offres éducatives, les unes plus alléchantes que les autres.
En effet, le système éducatif guinéen est en train de perdre toutes les valeurs qui lui ont permis d’être mis en avant durant le premier régime. A regarder et écouter les médias (radio et télévision) publics et privés, on assiste à un show de publicité et de marketing pour vendre les écoles nouvellement créées ou celles anciennes, avec pour argument phare, la présence dans ces établissements d’un nouveau système : celui français, pour la grande majorité mais aussi turc et anglais.
Qu’est devenu le système éducatif de la République de Guinée ?
Sommes-nous aussi perdus dans notre propre identité jusqu’à penser que le meilleur ne peut exister qu’ailleurs ?
Les statistiques de l’offre éducative au niveau national et dans la région de Conakry sont plus éloquentes :
Au primaire :
En 2015 – 2016, la part du privé dans l’éducation était de 35% des écoles.
A Conakry, en terme de salle de classe on a 19% pour le public contre 81% pour le privé
Au Secondaire :
Le Privé enregistre en moyenne la plus grande proportion d’établissement secondaires, environ 60% contre 40% pour le public.
A Conakry on a 91% pour le privé.
Source : MEPUA Rapport d’analyse Primaire et Secondaire 2015-2016.pdf
Cet état de fait doit interpeller tous les Guinéens et surtout les nouvelles autorités qui ont pour ambition de refonder l’Etat. Car quel peut être le devenir d’un Pays qui ne maitrise pas son système éducatif ?
L’Etat doit prendre ses responsabilités quant à cette situation grandissante ; le système éducatif guinéen est en train d’aller à la dérive. La refonte de l’Etat prônée par les nouvelles autorités doit passer obligatoirement pour permettre aux futures générations d’avoir accès à une bonne éducation décomplexée de tous les préjugés existants dans notre pays :
Les écoles privées forment mieux que celles publiques
Les systèmes d’enseignements étrangers (français, anglais, Turc et autres) sont meilleurs
Aussi, en dépit du fait que nous avons accepté de libéraliser notre économie, l’Etat doit jouer un de ses rôles régaliens, celui de contrôler la montée abusive des frais de scolarité, parfois fantaisiste (sans aucune base juridique), de ces écoles privées.
Plus loin, l’Etat doit se demander comment font ces milliers de Guinéens, pour la plupart des fonctionnaires avec des salaires que l’on connait, arriver à envoyer leurs enfants dans ces institutions d’enseignements étranger à coup de millions de francs guinéens.
En conclusion nous devons nous réveiller pour mettre fin à cette situation qui nous plonge davantage dans le néocolonialisme, celui qui consiste à trouver toujours mieux de l’autee côté. Il faudrait que nous bâtissons un système éducatif plus fort et plus performant pour justement retrouver toute la place qui était la nôtre dans le monde.
Aucun pays ne se fera sans une éducation digne et forte qui est à l’image de l’aspiration profonde de ces populations.
Réveillons-nous!
Ecrit par M. Sékou Soubane KABA
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite