votre pub ici

Ziguinchor/Célébration d’Amilcar Cabral : la Guinée, victime d’ingratitude![ Khalil KABA]

0

Du 19 au 21 janvier 2023 se déroulera à Zinguichor (Sénégal), un colloque international sur Amilcar Cabral, leader historique du PAIGC et figure emblématique de la lutte contre l’impérialisme portuguais.

Dix pays dont les États-Unis, la France , Canada, Nigéria, Cap-Vert, Guinée Bissau, Gambie, etc…. prendront part à ce rendez vous . Et comme par hasard, la Guinée, victime de l’agression crapuleuse portugaise le 22 novembre 1970 ayant fait de plus de 300 guinéens des martyrs, n’est pas invitée. Quelle autre ingratitude ! Quelle insulte à l’histoire !

Quel pays a soutenu Amilcar Cabral et sa luute mieux que la Guinée ? Absolument aucun.
Faut-il rappeler pour les mémoires frappées par l’amnésie et l’ingratitude que la Guinée a servi, durant toute la résistance menée par Amilcar Cabral et ses compagnons, de bases arrières pour le PAIGC ( Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert).
Des combattants du PAIGC ont été entraînés et armés dans les différents camps du pays notamment Kèmè Bourema de Kindia et du Ci de Boké. La Guinée ne s’est pas arrêtée là, elle a mis à la disposition de Cabral des fonds ainsi que des passeports pour non seulement faciliter leur déplacement mais également pour avoir les moyens de leur lutte.
Pendant ce temps , des pays comme le Sénégal et tous ces pays invités aujourd’hui à ce colloque ont brillé par leur absence aux côtés du leader révolutionnaire bissagais, soit par manque de courage ou par le souci de préserver leurs intérêts avec le Portugal imperialiste.

En tout état de cause, cette ingratitude affichée par les organisateurs de ce symposium ne peut en aucune manière altérer ou occulter le rôle historique et de premier plan joué par la Guinée de Sékou Touré dans la lutte de libération de la Guinée Bissau et du Cap-Vert. Les faits historiques sont têtus .

Les peuples africains se rappelleront de ce grand africain que fut Sékou Touré qui avait déclaré, après l’accession de son pays à l’indépendance, que la Guinée ne sera jamais libre tant qu’une parcelle de l’Afrique sera sous domination coloniale. D’où son combat sans relâche aux cotés de l’Algérie, l’Angola, la Namibie, la Mozambique, la Guinée Bissau…pour leur indépendance. C’est d’ailleurs ce qui lui vaut un vibrant hommage à chaque sommet de l’Union Africaine. Car il reste un modèle et une référence pour tous les panafricanistes.

Khalil KABA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite